• E.M.G.

Sur le fil, Yann Tiersen

Ecouter Sur le fil https://youtu.be/oNqojHq0Gqc


Yann Tiersen est né à Brest en 1970. Il a été récompensé pour la bande originale du Fabuleux destin d’Amélie Poulain par le César de la meilleure musique de film en 2002.

D’abord Pianiste et Violoniste Classique, il s’intéresse ensuite à la Guitare, au Rock et écrit de la musique pour des courts métrages.


Parmi ses albums on peut citer Le phare en 1998, qui deviendra disque d’or, l’Absente en 2001, les Retrouvailles en 2005, Skyline en 2011…


Il a notamment travaillé avec Bertrand Cantat, Christophe Miossec et a participé aux musiques des films suivants : La vie rêvée des anges, Good bye Lenin!, Tabarly…


Extrait de la bande son du Fabuleux destin, Sur le fil se compose de 3 parties (avec des reprises). Il est intéressant de voir comment avec un seul motif en Mi mineur Yann Tiersen parvient à apporter des variations et à renouveler l’intérêt pendant plus de 4 minutes !


Mesures 1 à 12 : Introduction

Ces 12 mesures se composent elles-mêmes de 2 carrures de 6 mesures : la mélodie commence sur la dominante SI, elle est pensée sur l’accord de tonique MI mineur (jusqu’à la mesure 4). Cette mélodie consiste en une sorte d’ornementation du SI et forme des mélismes autour de cette note. Le fait qu’elle soit écrite « à découvert », sans accompagnement et seulement en tierces parallèles en renforce l’aspect introductif et la « sensation d’attente ».


Le discours de l’introduction pourrait donc être résumé à : SI et SOL se dirigeant vers LA et FA# (1 à 6), puis LA et FA# allant vers SOL et MI (7 à 12). Il commence d’ailleurs par la note dominante SI et se termine par la tonique MI. L’harmonisation en est Im, II-7b5, V7 et Im.


Mesures 13 à 39 : Thème

Apparaît alors un accompagnement de main gauche de type « pompe » avec basse et accords. La basse reste sur la note tonique MI (pédale de tonique) jusque mesure 28, dans un registre délibérément plus grave que nécessaire. Remarquez le rythme syncopé des accords en blanches décalées (tombant sur les temps 2 et 4) créant une sensation de déséquilibre, une symbolique musicale sans doute en lien avec le titre. Ce rythme complète bien celui du thème (noire pointée, croche).


Par rapport à l’introduction, le motif d'origine subit en effet quelques changements de rythme et certaines notes sont omises : le SOL sur le dernier temps de la mesure 2 est remplacé par un silence à la fin de la mesure 13, juste au moment où l’accord de la main gauche est joué !


Ce qui était dit en 6 mesures dans l’introduction l’est ici en 4 : les carrures sont désormais de 4+4, même si les accords sont les mêmes que ceux suggérés par l’introduction.


Mesure 29, une belle marche d’harmonie en quintes et tierces apparaît (celle du canon de Pachelbel ou des harmonisations de gammes descendantes) avec les accords DOM et SOLM puis LAm et MIm. La mélodie descend de DO vers MI (mesures 29 à 32).


Pendant la reprise des mesures 13 à 29, remarquez les notes aiguës à la main droite (souvent des octaves de la dernière note de la mélodie) renforçant encore la sensation de vertige en élargissant l’ambitus !


Mesures 40 à 65 : Variation

Et c’est la chute ! Voici une variation rythmique toujours sur le motif de l’introduction autour du SI utilisant des Paradiddles à la main droite (ou Moulins), une technique provenant de la Batterie. La sensation de chute est créée par le mouvement descendant des 2 mains (de SI vers RE# à la main droite), l’accélération réelle du tempo et la sensation d’accélération due aux changements de mesures et à la durée des motifs (mesures 40 à 42 : sur 4 notes, 3 notes puis 2 notes).


De plus, il n’y a plus vraiment d’accords à part entière mais plutôt une descente de sixtes parallèles jouée au-dessus d’une pédale de tonique à la basse (mesures 40 à 45) puis de dominante (mesures 46 à 51). Remarquons d’ailleurs que les carrures sont à nouveau de 6 mesures.


Mesures 55 à 65 : voici à nouveau des tierces parallèles mais redoublées (10èmes). Celles-ci descendent conjointement jusqu’à la note sensible de MI mineur (RE# mesure 61). Pour finir, on retrouve le motif de l’introduction avec des 10èmes au lieu des tierces, et dans un registre moins aigu.

Posts récents

Voir tout